Choisissez votre langue

Choose your language

Hadouk

Hadouk

1er ALBUM CD EPONYME

1. Hadouk
2. Vol de nuit
3. Dame des sables
4. Loukoumotive
5. Bal des oiseaux
6. Effarvatte
7. Montaulieu
8. Callibistri
9. Marsyas
10. Caspienne Blues

Enregistré au Studio de l'Oiseau
et au Studio des Roseaux
Eté 1995

Marsyas : enregistré
au Studio des Fontenelles
avec Steve Shehan

Hadouk

Par la configuration d'un matériau fondé sur le dialogue ouvert, suivant un principe de tabula rasa hiérarchique, entre un certain post-modernisme européen et différentes lignes traditionnelles afro-orientales, le duo Malherbe-Ehrlich présente une nouvelle version de son travail de recherche compositionnelle.

Instrumentistes de haut niveau technique, ils concentrent toutes leurs expériences dans des domaines de la musique contemporaine, ethnique ou improvisée (aux connotations jazz), pour mettre en place ce projet radicalement acoustique. En dehors de tout genre spécifique, mais en phase avec une approche écologiste du son. La musique ne répond ni à une mode, ni à une opération de marketing, mais à l'interpellation d'un futur mondialisé. Le titre Hadouk (contraction d'hajouj et doudouk), signale bien le caractère de cet enregistrement : musique de contraction, pas de fusion hybride à l'enracinement distancié. Malherbe et Ehrlich y jouent une dizaine d'instruments chacun, offrant un ample éventail de couleurs.

Francisco Cruz / JAZZMAN Fév 96

Didier Malherbe - Loy Ehrlich : Hadouk

Didier Malherbe jouait du doudouk, de l'ocarina, de la clarinette-bambou, des flûtes du même métal, de double flûte à bec, du saxophone soprano, de la guimbarde, du tambour de bois, des cymbales et du zeff. Il rencontra Loy Ehrlich qui lui jouait du hajouj, de l'aouicha, du bolong, de la kora, du sanza-m'bira, de l'ukulélé, des tablas, du djembé, des tambours, des cymbales, de la calebasse. Et en outre des balais, tambourins et claviers, c'était inespéré. Grâce à la technique, dix Malherbe purent accompagner quatorze Ehlich. En sortit ce disque brésilo-oriental aux compositions parfois étonnantes, parfois très réussies, comme "Caspienne Blues".

Michel Bedin / JAZZ HOT - Mars 1996